Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail

Disparition d'André Blénet

Lors d'une précédente lecture des sites, début novembre, en consultant les rubriques "mémoire du groupe" et "carnet", j'avais pris connaissance de quelques décès d'anciens du Groupe, notamment celui de Jacques Bourdillon avec des éléments de son parcours à Scet-Coop et à Scet-Inter.

A ce sujet, je pense utile, pour quelques anciens qui en auraient gardé le souvenir, de vous informer, bien que tardivement, du décès en Floride le 20 mars 2019 d'André Blénet (1924-2019), mon frère aîné qui a passé quelques années dans le groupe de 1961 à 1968 (Scet-Coop, Scet-Tourisme et SCIC). Il fut recruté, après des contacts avec MM. Denantes, Puech, Bansillon, pour une mission d'expertise hôtelière et touristique auprès du Commissariat du Tourisme de Tunisie. Une première exploration du sujet avait été réalisée par notre père, anciennement lui-même exploitant et expert hôtelier-restauration-tourisme au Maroc (1928-1958), alors expert hôtelier en Corse auprès de la SETCO (1958-1973) présidée par Maurice Lauré, Président du Crédit National.

Quelques éléments sur le parcours professionnel d'André Blénet :

A son départ de la Marine Nationale (Ecole Navale 1943-1945, basée alors à Casablanca et croiseur Dugay-Trouin) après la dernière guerre, mon frère avait complété sa formation à base scientifique par trois années de culture générale (histoire, philosophie) à Rabat puis à l'Institut Catholique de Toulouse, ainsi qu'une formation juridique et économique (Comptabilité et Gestion d'entreprise par correspondance à L'Institut de Contrôle de Gestion). Il avait alors rejoint notre père au Maroc auprès duquel il a travaillé sur diverses fonctions : gestion de restaurant ; gérance et direction d'hôtel ; participation à l'édification d'une chaîne hôtelière (Midelt, Agadir, Fez, Oujda, Tanger, etc.) dont le projet avait été élaboré par notre père et présenté en 1948 au Gouvernement Chérifien du Maroc ; participation à la rédaction du journal professionnel "Hôtellerie et Tourisme".

Après son départ de Maroc en 1955 en raison de la situation politique et une rupture d'activité pour raison de santé de plus d'une année, il prend de 1958 à 1961 la direction des Etablissements thermaux d'Allevard-les-Bains (38) et la direction des hôtels et du Casino de cette station. Il publie aussi, en collaboration avec un médecin, un guide du curiste : Pourquoi le Souffre ? Pourquoi Allevard ? Et assure la correspondance du canton pour le quotidien le Dauphiné.

C'est alors qu'il rejoint le Groupe (SCET-Coop et SCET-Tourisme) , de 1961 à 1965, pour la mission en Tunisie et un engagement comme expert hôtellerie et thermalisme. Il réalise là de nombreuses missions d'études hôtelières au Maghreb et en Afrique noire ainsi qu'en métropole où il construit le programme d'une chaine "Interhôtel", par des études de marché hôtelier dans plus de 50 villes françaises moyennes, études commandées par le Commissariat au tourisme. Mais le leadership de ce projet hôtelier fut refusé à la CDC par le Ministère des Finances de l'époque (VGE). Il est appelé à de nombreuses autres études : définition du cadencement et du programme en restauration et hôtellerie sur les autoroutes alors en développement ; études thermales (Balaruc-les-Bains en Languedoc, Korbous en Tunisie) ; mission d'étude de gestion hôtelière dans divers pays européens pour l'Etat en vue d'une réforme fiscale ; étude du marché hôtelier en accompagnement du projet du marché de Rungis ; diagnostic hôtelier préalable sur les côtes du Languedoc et d'Aquitaine avant l'engagement opérationnel des Missions interministérielles ; Etudes sur les Antilles ; etc. En 1965 il passe à la SCIC où, parallèlement à VVF, il développe le concept de la gamme VVT (Villages Vacances Tourisme), tout en gardant ses fonctions d'expert du Groupe pour les affaires hôtelières et thermales.

Fort de cet important investissement en analyses de marché et d'équipements hôteliers et touristiques, il a quitté le groupe CDC en 1968 pour le Groupe Rothschild où il a assumé la Direction générale de la Société hôtelière et touristique PLM, et dont il réorganise et structure les interventions sur les marchés de l'hôtellerie d'affaires, de la restauration (fer, aéroports, autoroutes, grands axes routiers) sur les marchés français et étrangers. Plus tard en 1971, il crée une direction PLM pour les Antilles et la région Caraïbes qu'il dirige depuis la Guadeloupe. Il s'installera finalement en Floride (1985) où il montera un certain nombre d’affaires dans divers pays de la zone Caraïbes.

Assez fatigué dans les dernières années de sa vie et atteint par une perte épisodique de ses facultés cognitives, mais bien entouré familialement et une bonne présence de lui-même lors des visites d'amis, de proches ou de ses trois enfants nés d'un premier mariage et des neuf petits-enfants restés en France, il est décédé à Bay Harbor Islands, Comté de Miami, le 20 mars 2019, un mois après son 95° anniversaire.

Ses contacts m'avaient facilité l'abord de la direction de personnel de la SCET, puis que je suis moi-même entré à la SCET, dans les fonctions administratives et financières, en directions régionales, en SEM, puis à la Direction régionale de la CDC. En Languedoc, j'ai eu l'opportunité de travailler à Balaruc, avec Lucien Koch, à la réalisation d'un second nouvel établissement thermal. Début 2019, quelques anciens avaient pu visiter Balaruc et son troisième nouvel établissement thermal. Les années passent....

 

 

 

Connectez-vous pour commenter