Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail

INVITATION DE LA COFHUAT

Devant le succès rencontré par l’ouvrage consacré aux 70 ans de la COFHUAT, Monsieur François Leblond, Président de la COFHUAT, nous informe, de l’édition d’un second tome.

Ce document aborde la politique de la ville, le problème rencontré par les villes moyennes, le rôle de l’architecte, et de l’aménagement du territoire.

Cet ouvrage sera disponible le 21 février prochain et le Monsieur le Préfet Leblond nous invite, ce jour-là, à 16 heures dans ses locaux (21 boulevard de Grenelle – 75015 Paris, Vous y retrouverez des auteurs d’articles qui sont conviés également.

Par ce travail et par les rencontres la COFHUAT a pour objectif de faire passer des messages utiles à ceux qui ont à prendre des décisions, à un moment où nous allons assister à un foisonnement d’idées qui ne seront probablement pas toutes réalistes

 

 

 

 

Le village "des bronzés, une réalisation de la SIETHO 

 SIETHO (Société ivoirienne de tourisme et d’hôtellerie) chargée de la réalisation et de l’exploitation des réceptifs touristiques.

Cette société d’économie mixte (État, chambre de commerce, banques locales, caisse de coopération économique…) a demandé à la SCET Coopération puis à SCET International et enfin à la SETAME de détacher un de ses cadres en qualité de directeur. Christian Lesour a occupé ce poste durant la période comprise entre 1968 et 1970, remplacé ensuite par Jean-Pierre Lauwereins qui dirigea la société jusqu’en 1976, date ou il fut appelé au cabinet du ministre du Tourisme en qualité de conseiller technique chargé, particulièrement, de la gestion des crédits alloués par la Banque mondiale aux investissements touristiques et hôteliers

En plus de la réalisation, à l'intérieur du pays , de huit réceptifs hôteliers destinés à la clientèle dosmestique , la SIETHO est maître d’ouvrage de deux villages de vacances

 

 

 

- le village « Club d’Assinie », hôtel balnéaire, d’un standing voisin des trois étoiles (norme française, d’une capacité de 400 lits et dont la commercialisation et l’exploitation furent confiées au Club Méditerranée.

Les architectes des 15.000 m² de Surface Hors Œuvre Nette (SHON) sont les cabinets Semichon et Daniel Paterne.

 - le village-hôtel « d’Assouindé-Les Palétuviers », d’un standing équivalent à la précédente réalisation, d’une capacité de 600 lits. L' architecte des 23.000 m² de SHON est le cabinet de Monsieur  Marc Souvrain qui, pour la conception, à privilégié l’utilisation des matériaux locaux et l’artisanat.

L’exploitation est assurée directement par la SIETHO avec une forte assistance technique de l’opérateur italien Valtur Servi Ci.

 

Aujourd'hui: 40 ans après, le village vacances des "Bronzés"  est à l'abandon

Autrefois privilégié par les touristes, il est aujourd'hui pratiquement en ruines. Le site et la plage sont recouverts de déchets. 

Les Bronzés en 1978. 
Les Bronzés en 1978.  (TRINACRA FILMS)

C'était il y a 40 ans déjà ! Jean-Claude Dusse, Popeye et Gigi nous ont fait rire pour la première fois avec Les Bronzés sorti en salles le 22 novembre 1978. Au moment où le film fête son anniversaire, l'ambiance "bienvenue à Galaswinda" a bien changé. 

Le tournage a eu lieu en Côte d’Ivoire, à Assouindé, à environ 80 kilomètres d'Abidjan. On se souvient évidemment de la chanson du film "Bienvenue à Galassouinda", qui est en fait une déformation du nom du village"Assouindé""Avant, on faisait des soirées de gala, grandioses, au moment du départ des jeunes, voilà pourquoi on a appelé ça Galaswinda", explique Alphonse Guelablé, un des rares figurants restés au village. 

Des centaines de touristes dans les années 80

Le village est un lieu privilégié des expatriés pour le week-end. Dans les années 80, le Club Med accueillait des centaines de touristes chaque semaine, le film a boosté les réservations et transformé le village. En allant sur les lieux du tournage, on revisualise les scènes cultes, la piscine, le bar, la salle de spectacle, le pont duquel les GO lancent des sceaux d'eau pendant la photo de groupe. 

La piscine du club de vacances où a été tourné le film \"Les Bronzés\". 
La piscine du club de vacances où a été tourné le film "Les Bronzés".  (YOUENN GOURLAY/RADIOFRANCE)

Aujourd'hui, un lieu en ruines

Sauf qu'aujourd'hui, le Club Med est à l'abandon, le pont est délabré, la piscine ensablée à cause de l'érosion, les déchets et la végétation ont envahi le site fermé en 2005, les crises politiques successives ont fait chuter le tourisme en Côte d'Ivoire. "Aujourd'hui, la ruine, ça nous décourage", déplore Alphonse Guelablé.

 

 

Les logements du Club Med d\'Assouindé en 2018.
Les logements du Club Med d'Assouindé en 2018. (YOUENN GOURLAY/RADIOFRANCE)

Ça chagrine aussi beaucoup Thomas Touma, qui y a travaillé 6 ans en tant qu'animateur : "Depuis la fermeture, beaucoup de personnes sont parties au chômage et n'ont pas retrouvé de boulot. Des centaines de personnes étaient employées ici. Et il n'y a plus aucun touriste".

Un projet de rénovation du Club Med est en cours, mais pour le transformer en maison de location, l'esprit de village-vacances a bel et bien disparu.

 

 reportage d'Amandine Réaux. 
 
 

Bernard Pailhes nous propose  un témoignage de son amour des villes, et de leur fabrique

J’ai le plaisir de vous proposer, en ce temps de rentrée, un parcours de villes :  Le Havre, Nantes, Saint-Nazaire, Angers, Rennes, Lorient, Brest, Lille, Valenciennes, Maubeuge, Villeneuve-d’Ascq, Toulouse, Paris, Maisons-Alfort, Alfortville, Fontenay-sous-Bois, Strasbourg, mais aussi Nouméa, ou Port-au-Prince, voilà quelques-unes des villes où mon métier d’urbaniste, d’aménageur et de constructeur m’a conduit depuis 1972. C’est une évocation de chaque ville, où j'ai vécu, où j'ai pu intervenir ; ce sont aussi des portraits d’élus, d’architectes ou de responsables, sur un parcours de quarante-cinq années. 

Mais c’est surtout un témoignage de mon amour des villes, et de leur fabrique

Je remercie Jacques Braun qui a accepté d’en écrire la préface, quelques semaines avant sa disparition. 

 

Pour le commander, vous le trouverez sur le site  : http://www.leseditionsdunet.com

L

Le travail de Mémoire: Le BETURE et la SETAME en Amérique du Sud par Dominique Berthon

Préface de René Gay :

C’est moi qui ai recruté au BETURE Dominique Berthon , jeune Ingenieur de Centrale Paris. C’était un passionné de la Nature, Il passait ses vacances perché dans les arbres à  photographier des oiseaux. Il me demanda de pouvoir s’inscrire dans le cadre de la formation continue à l’Université de Paris pour suivre les cours d’environnement, nouvellement créés, Il y obtint un des premiers titres de docteur en Environnement.

Au BETURE puis SETAME il fut entre autre un grand spécialiste de l’eau. Il dirigea de nombreuses missions notamment à l’etranger en Indonésie (voir le travail de mémoire qu’il fit sur le BETURE et SETAME en Indonésie) et en Amérique du Sud

La CDC lui demanda de représenter le Groupe à la Conférence Mondiale de RIO en 1992. Sur les problèmes de l’eau

Apres BERTURE SETAME il créa sa propre Societe de consulting DBEnvironnement et passe une grande partie de son temps en Amerique latine. Mais il n’oublie pas ses anciens collegues et il vient de m’envoyer le mémoire qu’il vient d’écrire à l’occasion du Forum Mondial de l’eau qui se tiendra à BRASILIA en avril 2018.

 Mais le mieux est de lui laisser la parole ci- après :

 Un grand merci à Dominique pour son travail et l’envoi de son mémoire