Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail

C’est avec une profonde émotion et de tristesse que nous apprenons le décès de Monsieur ROBERT LION ancien directeur général de la Caisse des Dépôts de 1982 à 1992,,

Ce haut fonctionnaire est Né le  et mort à Paris le 13 septembre à Paris   Ses obsèques auront lieu jeudi 19 septembre à 14heures en l’église Saint Sulpice à Paris.

Nous présentons à l'ensemble de sa famille nos condoléances très sincères et  lui demandons de croire en nos respectueux sentiments.

 

Né en 1934 à Paris, fils de résistant, Robert Lion est diplômé de l’ENA. Sa carrière de haut fonctionnaire débute en 1961 à l’inspection générale des finances, chargé du logement au ministère de l’équipement.

Entre 1974 et 1981, il dirige l’Union nationale des HLM. Artisan de l’arrivée de la gauche au pouvoir, il devient directeur de cabinet du premier ministre socialiste Pierre Mauroy.

Robert Lion est ensuite nommé directeur général de la Caisse des Dépôts de 1982 à 1992. Pendant cette décennie, il a marqué cet établissement de son empreinte en en faisant un groupe moderne, avec des métiers différenciés (du financement du logement social à des programmes d’investissement sur des marchés concurrentiels).

Robert Lion était porteur d’une véritable vision pour le Groupe : « La Caisse des dépôts est utile. Mais cela ne suffit pas. Notre ambition est de consolider et d'étendre cette utilité dans l'avenir et dans l'espace : être durablement reconnue comme un serviteur efficace, parfois irremplaçable, de la société française. […] Ainsi, la Caisse des dépôts et son groupe demeureront légitimes : plus que l'ancienneté, plus que le statut, l'utilité est la seule légitimité qui vaille », rappelle Robert Lion, en 1994.

Dernier directeur général nommé à vie, il a fait procéder à une réforme de la gouvernance en mettant en place un comex de six membres, dont pour la première fois, une femme : Hélène Ploix, nommée directrice adjointe en charge des activités bancaires et financières.

Pendant son mandat, il engage une transformation en profondeur du Groupe, avec la création de « filiales techniques », avec des liens en capital clairs et dont les différentes composantes ont toutes une « logique d'entreprise ». Cela s’accompagne de l’identification de quatre métiers principaux : gestion pour compte de tiers publics (Poste, Caisse d'Épargne, CNP) et financement du logement social pour ce qui est des métiers relevant de missions de service public ; financement du développement local, activités de marchés, de gestion et d'investissement pour ce qui est des métiers concurrentiels.

Robert Lion est également à l’origine de la création de la direction bancaire du Groupe et crée aussi une direction des plans et projets, responsable de la prospective. « J’ai le projet de créer une direction des fonds d’épargne, consacrant la séparation des gestions que nous pratiquons déjà, annonce Robert Lion dans son discours à l’occasion des 175 ans de la Caisse des Dépôts, le 2 septembre 1991. Il bouge, ce Groupe […] il s’efforce de conjuguer la modernité, la performance, la qualité dans le service rendu à ses clients – et la fidélité à ses principes fondateurs. »

Il fonde le mécénat de la Caisse des Dépôts en 1985. Amateur d’art moderne, il est à l’origine de la commande du Coup de pinceau de Liechtenstein, œuvre située sur le site d'Austerlitz 1. de la Caisse des Dépôts

 

INVITATION DE LA COFHUAT

Devant le succès rencontré par l’ouvrage consacré aux 70 ans de la COFHUAT, Monsieur François Leblond, Président de la COFHUAT, nous informe, de l’édition d’un second tome.

Ce document aborde la politique de la ville, le problème rencontré par les villes moyennes, le rôle de l’architecte, et de l’aménagement du territoire.

Cet ouvrage sera disponible le 21 février prochain et le Monsieur le Préfet Leblond nous invite, ce jour-là, à 16 heures dans ses locaux (21 boulevard de Grenelle – 75015 Paris, Vous y retrouverez des auteurs d’articles qui sont conviés également.

Par ce travail et par les rencontres la COFHUAT a pour objectif de faire passer des messages utiles à ceux qui ont à prendre des décisions, à un moment où nous allons assister à un foisonnement d’idées qui ne seront probablement pas toutes réalistes

 

 

 

 

Le village "des bronzés, une réalisation de la SIETHO 

 SIETHO (Société ivoirienne de tourisme et d’hôtellerie) chargée de la réalisation et de l’exploitation des réceptifs touristiques.

Cette société d’économie mixte (État, chambre de commerce, banques locales, caisse de coopération économique…) a demandé à la SCET Coopération puis à SCET International et enfin à la SETAME de détacher un de ses cadres en qualité de directeur. Christian Lesour a occupé ce poste durant la période comprise entre 1968 et 1970, remplacé ensuite par Jean-Pierre Lauwereins qui dirigea la société jusqu’en 1976, date ou il fut appelé au cabinet du ministre du Tourisme en qualité de conseiller technique chargé, particulièrement, de la gestion des crédits alloués par la Banque mondiale aux investissements touristiques et hôteliers

En plus de la réalisation, à l'intérieur du pays , de huit réceptifs hôteliers destinés à la clientèle dosmestique , la SIETHO est maître d’ouvrage de deux villages de vacances

 

 

 

- le village « Club d’Assinie », hôtel balnéaire, d’un standing voisin des trois étoiles (norme française, d’une capacité de 400 lits et dont la commercialisation et l’exploitation furent confiées au Club Méditerranée.

Les architectes des 15.000 m² de Surface Hors Œuvre Nette (SHON) sont les cabinets Semichon et Daniel Paterne.

 - le village-hôtel « d’Assouindé-Les Palétuviers », d’un standing équivalent à la précédente réalisation, d’une capacité de 600 lits. L' architecte des 23.000 m² de SHON est le cabinet de Monsieur  Marc Souvrain qui, pour la conception, à privilégié l’utilisation des matériaux locaux et l’artisanat.

L’exploitation est assurée directement par la SIETHO avec une forte assistance technique de l’opérateur italien Valtur Servi Ci.

 

Aujourd'hui: 40 ans après, le village vacances des "Bronzés"  est à l'abandon

Autrefois privilégié par les touristes, il est aujourd'hui pratiquement en ruines. Le site et la plage sont recouverts de déchets. 

Les Bronzés en 1978. 
Les Bronzés en 1978.  (TRINACRA FILMS)

C'était il y a 40 ans déjà ! Jean-Claude Dusse, Popeye et Gigi nous ont fait rire pour la première fois avec Les Bronzés sorti en salles le 22 novembre 1978. Au moment où le film fête son anniversaire, l'ambiance "bienvenue à Galaswinda" a bien changé. 

Le tournage a eu lieu en Côte d’Ivoire, à Assouindé, à environ 80 kilomètres d'Abidjan. On se souvient évidemment de la chanson du film "Bienvenue à Galassouinda", qui est en fait une déformation du nom du village"Assouindé""Avant, on faisait des soirées de gala, grandioses, au moment du départ des jeunes, voilà pourquoi on a appelé ça Galaswinda", explique Alphonse Guelablé, un des rares figurants restés au village. 

Des centaines de touristes dans les années 80

Le village est un lieu privilégié des expatriés pour le week-end. Dans les années 80, le Club Med accueillait des centaines de touristes chaque semaine, le film a boosté les réservations et transformé le village. En allant sur les lieux du tournage, on revisualise les scènes cultes, la piscine, le bar, la salle de spectacle, le pont duquel les GO lancent des sceaux d'eau pendant la photo de groupe. 

La piscine du club de vacances où a été tourné le film \"Les Bronzés\". 
La piscine du club de vacances où a été tourné le film "Les Bronzés".  (YOUENN GOURLAY/RADIOFRANCE)

Aujourd'hui, un lieu en ruines

Sauf qu'aujourd'hui, le Club Med est à l'abandon, le pont est délabré, la piscine ensablée à cause de l'érosion, les déchets et la végétation ont envahi le site fermé en 2005, les crises politiques successives ont fait chuter le tourisme en Côte d'Ivoire. "Aujourd'hui, la ruine, ça nous décourage", déplore Alphonse Guelablé.

 

 

Les logements du Club Med d\'Assouindé en 2018.
Les logements du Club Med d'Assouindé en 2018. (YOUENN GOURLAY/RADIOFRANCE)

Ça chagrine aussi beaucoup Thomas Touma, qui y a travaillé 6 ans en tant qu'animateur : "Depuis la fermeture, beaucoup de personnes sont parties au chômage et n'ont pas retrouvé de boulot. Des centaines de personnes étaient employées ici. Et il n'y a plus aucun touriste".

Un projet de rénovation du Club Med est en cours, mais pour le transformer en maison de location, l'esprit de village-vacances a bel et bien disparu.

 

 reportage d'Amandine Réaux. 
 
 

Bernard Pailhes nous propose  un témoignage de son amour des villes, et de leur fabrique

J’ai le plaisir de vous proposer, en ce temps de rentrée, un parcours de villes :  Le Havre, Nantes, Saint-Nazaire, Angers, Rennes, Lorient, Brest, Lille, Valenciennes, Maubeuge, Villeneuve-d’Ascq, Toulouse, Paris, Maisons-Alfort, Alfortville, Fontenay-sous-Bois, Strasbourg, mais aussi Nouméa, ou Port-au-Prince, voilà quelques-unes des villes où mon métier d’urbaniste, d’aménageur et de constructeur m’a conduit depuis 1972. C’est une évocation de chaque ville, où j'ai vécu, où j'ai pu intervenir ; ce sont aussi des portraits d’élus, d’architectes ou de responsables, sur un parcours de quarante-cinq années. 

Mais c’est surtout un témoignage de mon amour des villes, et de leur fabrique

Je remercie Jacques Braun qui a accepté d’en écrire la préface, quelques semaines avant sa disparition. 

 

Pour le commander, vous le trouverez sur le site  : http://www.leseditionsdunet.com