Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail

La collecte pneumatique des ordures menageres

Dans le RER  (je ne vais plus jamais  à Paris en voiture : infernal et coûteux !), je lis DIRECT MATIN, le journal gratuit distribué dans le réseau RER-METRO.

Le 20 octobre 2011, je fus surpris, intéressé puis outré, par un article sur une pleine page (voir en annexe), édité par LE MONDE pour DIRECT MATIN., concernant un système automatisé de collecte des déchets par voie pneumatique, présenté comme une première en France., réalisé à ROMAINVILLE en Seine Saint Denis par VEOLIA-PROPRETE avec un partenaire suédois ENVAC, concepteur  du système il y a cinquante ans .

J’étais furieux : Faux ce n’est pas une première !  C’est nous qui avons réalisé la première installation de collecte pneumatique des OM en France  au début des années 70 donc il y a  quarante ans . Je n’en veux pas à la journaliste du MONDE, Sophie Landrin, elle ne devait pas encore être née ! Mais je ne conçois pas que VEOLIA-PROPRETE, ex- CGEA, qui était notre grand concurrent à l’époque, n’ait pas été au courant !

En effet le BETURE avait eu connaissance des premières installations de ce type en Suède (à l’époque la SCET organisait des voyages dans les Pays Nordiques pour ses cadres) et Raymond PARRAIN, responsable du Service Environnement du BETURE pensa intéressant d’importer cette technique en France. C’est H. DUBEDOUT, maire de Grenoble, et son adjoint à l’aménagement urbain G.NEVACHE, également Président de la SADI , qui ont bien voulu que la SADI ( dont le Directeur était Jean-Paul BAIETTO ) avec le BETURE  réalise la première installation en France sur la ZUP de Grenoble-Echirolles, dans le quartier de l’ARLEQUIN ,  exemplaire tant sur la plan architectural (avec le cabinet d’architecture TRIBEL et LOISEAU) que technique., même si plus tard et encore récemment sa notoriété à souffert des « problèmes de banlieue ».

Témoignage de Jean Mazodier, à l’époque ingénieur au Service Environnement du BETURE : «Pour la centrale pneumatique de Grenoble, c'est Raymond Parrain, toujours à l'affût d'idées nouvelles, qui m'a envoyé à Grenoble rencontrer M.Henri Dubedout, pour présenter le procédé suédois centralsug représenté en France par M.Vetu, directeur de Tunzini ,société avec laquelle on construisait l'UTOM de Cenon. Lors de ma première rencontre, il me demandait si j'étais le fils du commandant Mazodier, officier de marine, et ancien commandant de la division navale d'assaut dans la plaine des jarres sur le haut fleuve du Mékong, et sous les ordres duquel il avait servi avec beaucoup de bravoure. Tout de suite ,il s'est établi entre nous un trés grand climat de confiance. Ensuite, la réunion technique s'est trés bien passée avec la SADI. Je faisais ce jour-là la connaissance de Jean-Paul Baietto. En deux heures la décision était prise sans consultation ( c'était possible à l'époque). 

L’installation a été mise en fonctionnement en 1972 « à la satisfaction générale des 12 000 habitants et de la collectivité locale »; écrivions nous alors dans diverses publications .

Le fonctionnement est  le suivant : les gaines de vide-ordures sont reliées à un réseau de tuyauteries tout en étant isolé de celui-ci par une vanne pneumatique (voir photo) Lors de l’ouverture télécommandée (voir photo) et programmées des vannes, les ordures sont aspirées dans le réseau de tuyauteries, dirigées vers la centrale d’aspiration et compactées automatiquement dans des caissons étanches pouvant contenir 12 tonnes d’ordures. Les caissons sont ensuite acheminés par véhicule gros porteur vers le centre de traitement. (Si la centrale d’aspiration etait proche de l’usine de traitement on pourrait diriger les OM dans la trémie de l’usine  directement). Les antennes de réseau peuvent atteindre 2 km de long et une seule centrale peut desservir 5000 logements 

A  la recherche de témoignages pour savoir ce qu’est devenue cette installation,

A l’époque, nous avons aussi conduit des études de collecte pneumatique à Monaco, Bordeaux, et Dijon.

(selon les doc. que j’ai, mais je ne sais plus si on a dépassé le stade des études ?  Qui pourrait le dire)

 

Connectez-vous pour commenter