Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail

Le littoral Aquitain forme la plus grande plage de sable fin d'Europe. C'est un environnement naturel d'une grande richesse. C'est aussi un espace attractif pendant la saison touristique et une ressource économique conséquente 

L’accroissement de la demande d’hébergements touristiques a abouti à de construction d’une urbanisation spontanée.

En Aquitaine Dès 1962, des communes riveraines des lacs girondins s'étaient rapprochées en Groupement d'urbanisme et une Société d'aménagement touristique des étangs landais (S.A.T.E.L.) a été créée et animée par le Société Centrale d'Equipement du Territoire en vue d'aménager Seignosse le Penon. 

La première mesure de structuration de l’espace urbain est envisagée en 1966 par la DATAR . Elle envisage l’extension de l'aménagement à 700 000 hectares 

 

La Mission Interministérielle pour l'Aménagement de la Côte Aquitaine a été créée en 1967 avec pour mission de définir le mode opératoire d'aménagement touristique du littoral, par l’établissement d’un programme général d'aménagement.  ou privé agissant avec sans moyens financiers, sans personnel qui dût se cantonner à une réflexion généreuse, superviser quelques études générales et surtout participer à la création du Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne. Il marqua cependant la Mission d'un esprit général qui l adifférenciait profondément des principes d'organisation spatiale que la Mission Racine avait suivis en Languedoc : l'objet de la Mission fut dès le départ d'intégrer l'homme à culture et la restauration du patrimoine architectural (Saint Marc, 1970). L'hésitation de l'Etat, marquée par l'absence chronique de moyens financiers et humains, provoque un réel malaise dans les communes côtières: les discours généreux des représentants de l'Etat ne sont suivis d'aucune réalisation concrète sur le terrain au moment même où les élus languedociens tirent les premiers bénéfices de l'urbanisation de leur côte. Malaise suffisamment puissant pour être ressenti comme un danger politique par les notables régionaux.

Le véritable départ de la Mission est donc donné en 1970 désigne un nouveau président en la personne d'Emile Biasini. 

Lorsque Émile Biasini prend la tête de la MIACA, en 1970, succédant à Philippe Saint-Marc, il ne peut s'empêcher de remarquer que "Seignosse-Le Penon est l'exemple même de ce qu'il ne faut pas faire". Pour brutale que fût cette remarque, elle correspondait parfaitement à une certaine philosophie et aux objectifs définis par la MIACA qui tenait à favoriser l'aménagement côtier en évitant la croissance anarchique de l'urbanisation et en protégeant les espaces.

Une ligne budgétaireunique fut donc créée au niveau du Ministère des Finances 

dans le chapitre des "charges communes".

a. Les principes de l'aménagement de la côte aquitaine

1) assurer la protection foncière des zones sensibles face aux projets des promoteurs rigoureuse de protection de la nature qui fut concrétisée par :* la concentration des aménagement touristiques dans des secteurs très imités à l'intérieur d'UNITESPRINCIPALES D'AMENAGEMENT(9 U.P.A.= 1. Le Verdon et Soulac, 2. Hourtin et Naujac, 3. Carcans et Lacanau, 4, 5 et 6. bassin d'Arcachon, 7. Biscarosse et Sanguinet, 8. Mimizan, 9.Hossegor, Capbreton, Port d'Albret, Moliets, Messanges plus un schéma propre pour l'aménagement de la côte basque et la basse vallée de l'Adour (Chiberta à Anglet, la Côte des Basques à Biarritz, IlbarritzMouriscot à Biarritz et Bidart, l'Untxin à Ciboure et à Hendaye, la baie de Chingoudy à 

Hendaye...), unités séparées par de vastes SECTEURS D'EQUILIBRE NATUREL(S.E.N.).

* la réalisation d'un programme systématique de génie sanitaire sur la totalité de la zone d'aménagement par la création de réserves naturelles (11 réserves classées) et, en mars 1973, d'un Comité pour l'Environnement de la Côte Aquitaine regroupant des personnalités nationales et régionales;

Le principe second fut de privilégier un aménagement en profondeur, perpendiculaire à la côte, afin d'éviter de réaliser des aménagements "les pieds dans l'eau" comme sur la côte languedocienne. Ces aménagements en profondeur des terres reliaient ainsi l'océan aux lacs et à la forêt littorale et s'intégraient dans des dunes stabilisées. 

2)nouvelles opérations s'appuient sur des urbanisations et des équipements préexistants. 

(syndicats mixtes entre communes et département)la planification urbaine est un préalable à toute opération grâce à la mise en chantier systématique de SCHEMAS DIRECTEURS D'AMENAGEMENT ET D'URBANISME (S.D.A.U.)et de PLANS D'OCCUPATION DES SOLS (P.O.S.)sur toute la côte. 

Depuis 1984, les opérations foncières ont été poursuivies soit par création d'un périmètre de préemption par le Département à l'intérieur des périmètres sensibles (espaces à protéger), soit par la création de nouvelles Z.A.D. communales qui couvraient les zones en développement sur les différentes communestouristiques

 

Connectez-vous pour commenter