Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail

Grands stades, équipements et événements sportifs et leur incidence sur le Développement Local

Grands stades, équipements et événements sportifs et leur incidence sur le Développement Local

Les SEM du réseau SCET et la SCET elle-même ont depuis l’origine dirigé et réalisé des  équipements sportifs, soit liés aux opérations d’aménagement, soit en MOD : Stades, gymnases, piscines……

Dans ce mémoire nous nous intéresseront surtout aux grands équipements et évènements marquants, et des retombées qu’ils ont pu avoir.

1/ Le Projet du Stade de 100 000 places dans le bois de Vincennes :

En 1961, à la demande de la Ville de Paris, soutenue par l’Etat qui estimaient la nécessité pour la France de se doter d’un grand stade, la SCET et le BETURE sont chargés des études d’un stade de 100 000 places à Paris, sur le site du Bois de Vincennes. Les études préalables montrent la faisabilité technique du projet et son insertion dans ce site protégé. 

La constitution d’une SEM entre la Ville de Paris et la CDC fait alors « entrer d’une façon irréversible, l’idée  du du stade de 100 000 place dans la réalité des faits » selon l’expression du journal « L’EQUIPE » des 7 et 8 décembre 1963.

Un concours d’architecture est lancé. C’est l’équipe……. qui remporte le concours, et les études d’avant-projet sont lancées par le BETURE.

Mais, malgré le respect du calendrier, le bon aboutissement du concours et le déroulement des études, le projet est subitement ajourné siné die, début 65 : la Ville de Paris après des débats difficiles au sein du conseil donne finalement préférence à la reconstruction du Parc des Princes, selon le projet de l’architecte Taillibert, moins coûteux à ses yeux..

La SCET , le BETURE et les architectes seront dédommagés de leur travail.

( interroger Claude Charmeil)

Mais un grand stade fera toujours défaut à la France, car le stade des Prince s’avérera rapidement trop petit, et il faudra attendre 30 ans et l’occasion de la candidature Française pour la Coupe du Monde de Football de 1998, pour relever le défi.

Voir plus loin le § sur le Stade de France.

2/ Déplacement et agrandissement des tribunes du champ de courses de Longchamp

Dans les années ….. la Société d’encouragement de la race chevaline, propriétaire de Longchamps a voulu réaménager le champ de courses et il fallait  dans le programme de travaux déplacer et agrandir les tribunes.

Elle s’est adressée à la SCET , désignée comme MOD.( qui a pour cela choisi Philippe MENARD, Ingénieur des Ponts alors Conseiller technique à la SCET), et au BETURE Maître d’œuvre, (avec Albert CALVO alors directeur du Service bâtiment) qui avait la référence du déplacement sur rails de la chaufferie de Meaux.

Description en  attente des témoignages  de Philippe Ménard et  d’Albert Calvo

3/ Le Stade de France et la Coupe du Monde de Football de 98.

En 1991 la France est donc candidate à l’organisation de la coupe du monde de foot. en 98.

Dans le dossier de candidature la France s’engage à réaliser les équipements nécessaires.

Claude CHARMEIL, qui était DR Ile de France de la SCET au moment du Stade de 100 000 plce ci-dessus, et alors Conseiller technique auprès du Ministre de la Jeunesse et des Sports  demande au DR de la SCET IF., qui était René GAY ,  d’aller chercher dans les archives de la DR rue Leteiller le dossier du Grand Stade et de les lui confier……= quelques 2 m3 de documents ! (René Gay ne se souvient pas s’il les a rendus !). 

Une « Délégation Interministérielle à la Coupe du Monde de Football » est créée, qui       demande à la SCET de lancer les études préalables de programmation et de localisation parmi divers sites candidats : à nouveau le Bois de Vincennes, la ville Nouvelle de Melun-Sénart , Saint-Denis ….

Pour la suite parole à JC. Bordigoni, en ajoutant les équipements provinciaux liés à la coupe.et les développements urbains entraînés par le stade

4 / Divers autres grands équipements conduits dans les années 1960-2000/

On peut  noter 

- L’intervention de la SADI dans les JO d’hiver de 1968 :

Les JO ont donné le coup d’envoi de la ZUP de Grenoble Echirolles en 64, car il fut décidé que le 1er quartier de cette ZUP serait le village Olympique (architecte Novarina, BET le BETUURE avec René GAY comme ingénieur). le stade d’inauguration et d’ouverture des jeux a aussi été réalisé sur les terrains de l’aérodrome situé dans la ZUP et qui recevront par la suite le quartier « Grand Place «  avec le grand centre commercial.. (je ne me souviens pas si c’est la SADI qui a fait la patinoire de Grenoble ? et si elle a travaillé sur les stations))

-le Stade de Pirae à Tahiti               (éventuellement demander des précisions à JL. TISSIER)

-la rénovation du stade de Colombes (SAERP)          (id)

- Le Centre National Technique du Football à Clairefontaine : la Maîtrise d’onvrage déléguée a été assurée par la SARRY entre 87 et 89, et la gestion financière et comptable des installations à partir de l’ouverture en janvier 88,  (inauguration par le 1er Ministre Michel Rocard) a été assurée par la SCET, avec mise à disposition d’un Directeut  pendant au moins 10 ans.

- La  piscine olympique de Montpellier, réalisée par la SERM (architecte BOFIL) au cœur du Quartier Antigone est un important élément d’animation .

- Le stade couvert de Liévin (foot athlétisme…etc. ), géré par la SAEM LMG (Liévin Multigestion)

- Les JO d’Albertville de 92 et les stations de ski d’altitude : : 

Pour les JO proprement dits la SAS est peu intervenue intervenue directement : on peut cependant signaler le Centre de la Presse et de la Radio-Télévision à Moutiers, de belle architecture, et élément fort de l’opération de réhabilitation de la friche industrielle Pécniney, et qui aujourd’hui abrite…..( A compléter/ corriger par  F. Buisson ). 

Mais les JO d’hiver ont aussi été un moteur fort de développement de la Haute Tarentaise et notamment des Stations de ski d’altitude. Dès la promulgation de la Loi du 10 juillet 1964 (Plan Neige) d’Aménagement de la Montagne, le Groupe CDC s’est investi dans ce domaine, avec au départ la création de la SCIVABEL (Sté d’aménagement et d’exploitation des remontée mécaniques de la Vallée des Belleville) pour la Station des Menuires puis Val Thorens. Puis il y aura l’aménagement et l’exploitation de Tignes, le rachat des ARCS … et tous ces développements conduiront à la création de la Compagnie des Alpes., devenue le premier opérateur mondial dans ce domaine. 

5/ La candidature à l’organisation de la Coupe du Monde de Foot de….

6/ La candidature pour les JO d’Annecy

7/ Les nouveaux Grands stades

Ces   3 § à compléter par JC. B.

……..etc

 

Connectez-vous pour commenter