Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail

BREVE HISTOIRE DE LA SEDES

 BREVE HISTOIRE DE LA SEDES 

Par Jean Boulard

Au cours de ses 33 années d’existence , la SEDES , Société d’études et de conseil , filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations , aura réalisé plus de  4.000 études et  prestations  en France et dans plus de 40 pays étrangers .

 Ayant compté au plus fort de son développement un effectif de près de 200 experts permanents       ( 1976-1978 ) , elle réalisait à la veille de sa dissolution en 1991  un chiffre d’affaires supérieur à 90 millions de francs  ( près de 13,8 millions d’euros ) . 

Créée en 1958 , à l’initiative conjointe de la Caisse des Dépôts et du tout récent Ministère de la Coopération , la SEDES s’est vu confier comme objet social « d’éclairer les responsables des décisions publiques ou privées en leur fournissant des éléments d’information et d’appréciation sur les aspects économiques et sociaux des problèmes qui se pos(ai)ent à eux. »   Ainsi , réunir les informations quantitatives et qualitatives nécessaires pour compléter la connaissance que pouvaient avoir les maîtres d’ouvrage  , traiter ces informations pour en donner une vue synthétique , analyser de façon prospective , en tenant compte des données recueillies et des éventualités possibles , les conséquences directes et indirectes des actions menées ou des décisions à prendre , tel fut  le domaine originel  privilégié de la SEDES en France et à l’étranger .

 Pour bien marquer la vocation de cette entité à traiter des problèmes d’intérêt général dans des conditions d’exercice d’une société de droit privé vendant ses services et assurant ses propres équilibres de gestion ,  les fondateurs - et tout spécialement la Caisse des Dépôts - lui donnèrent le statut de société anonyme au capital de 2.000.000 de francs , souscrit en majorité par la Caisse des Dépôts associée à trois autres institutions financières à caractère public ou parapublic  : la Caisse Centrale de Coopération Economique , la Banque Française du Commerce Extérieur et le Crédit National . 

  Un Conseil d’Administration de 12 membres , présidé à la création par le Directeur Général de la Caisse des Dépôts en personne puis , jusqu’en 1975 ,  par le Directeur Financier de cet organisme , réunissait outre les représentants des quatre actionnaires fondateurs , un Directeur du Ministère de la Coopération , le Président du BCEOM  , le Président du  B.D.P.A , un Directeur de l’ERAP , un administrateur du BRGM , et , à titre personnel , Claude GRUSON et Léon-Paul LEROY , Directeur de la Caisse des Dépôts en charge des filiales techniques déjà existantes SCIC et SCET .

 Plusieurs personnes eurent un rôle prépondérant dans la création et la mise en route de la Société . François BLOCH-LAINE ( le Directeur Général de la Caisse des Dépôts ) bien sûr , mais aussi Georges PLESCOFF , le Directeur financier du moment de la Caisse des Dépôts . Pierre MOUSSA  , à l’époque Directeur du Plan et du Développement au Ministère de la Coopération . André POSTEL-VINAY , Directeur Général de la Caisse Centrale de Coopération Economique  . Marcel COMBIER  ancien haut responsable au Ministère de la France d’Outre-Mer et , enfin et surtout , René MERCIER  , normalien , agrégé de mathématiques , Contrôleur d’Etat , ancien chargé de mission au Service des Etudes Economiques et Financières du Ministère des Finances ( SEEF ) , ancien  Directeur du Centre de Recherches Economiques Appliquées  ( CREA )  , qui en  fut nommé Directeur Général en 1959  , puis  Président-Directeur Général en 1975 .

 La SEDES bénéficia tout au long de sa période de croissance des appuis et conseils de nombreuses personnalités reconnues pour leurs compétences et l’intérêt qu’ils portaient à l’activité et à la réussite de la Société .En premier lieu , les membres de son Conseil d’Administration au premier rang desquels il faut citer  Dominique CHATILLON , prédécesseur de  René MERCIER à la Présidence , qui fit preuve d’une énorme disponibilité et d’un très grand attachement à la Société , mais aussi Claude GRUSON  , inlassable pourvoyeur d’idées , Jean AUDIBERT , Directeur au Ministère de la Coopération , remarquable de conseils et d’attention , Robert BONNAL , Président du BCEOM , judicieux fournisseur d’expériences vécues , Lucien SCHMANDT , Directeur de la CCCE , Philippe MARCHAT , Directeur financier de la Caisse des Dépôts , Francis LANGLOIS , Directeur de la BFCE …….

 Mais il y en eut beaucoup d’autres ….

 Il y eut surtout les fortes personnalités recrutées par René MERCIER pour l’assister  : Marcel COMBIER  , qui prit en charge la plus grande partie des  enquêtes et études menées en Afrique noire d’expression française et assura les  relais nécessaires  avec le Ministère de la Coopération , André MERCIER qui prit en mains toutes les études de développement industriel en France et à l’étranger, Joseph KLATZMANN qui assura le développement des études de développement rural menées en France et dirigea , notamment , les premiers travaux  sur la nouvelle implantation des abattoirs et  la planification régionale en agriculture ,  Paul SIMEON ,  Pierre MERLIN puis Pierre BON qui prirent en responsabilité les études et interventions  sur le développement régional et urbain en France , Monique MAILLET et Jacques HARTWIG , premiers concepteurs et directeurs de la Centrale des Bilans Caisse des Dépôts-SEDES . Un département « Recherche et Développement » fut dès l’origine créé et animé par des économistes chevronnés , notamment Michel COURCIER , Boris MALDANT  et Gaston MATTHIS (1) .

Une des originalités voulue par ses fondateurs fut que la SEDES  put , dès sa création ,  faire cohabiter et travailler ensemble des fonctionnaires en situation de détachement et des salariés sous régime de contrat de travail de droit privé . De par ses statuts , la Société fut en effet habilitée à accueillir des fonctionnaires détachés au titre de la Direction Générale de la Recherche Scientifique et Technique ( DGRST ) . Il s’en suivit la présence , pour un peu moins d’un quart des effectifs d’anciens administrateurs de la France d’Outre-Mer  en situation de disponibilité , et de fonctionnaires de grands corps de l’Etat en provenance  notamment , du Ministère de l’Economie et des Finances , du Ministère de l’Equipement , de l’Agriculture ou de la Cour des Comptes  . Un bon quart des effectifs fut de façon permanente composé d’Ingénieurs économistes dont le recrutement se faisait sur le critère d’une double qualification alliant à une formation de base d’ingénieur de Grande Ecole ( Polytechnique , Ecole Centrale , Ecole des Mines , Ecole des Ponts et Chaussées , Institut National Agronomique ….)  une formation économique complémentaire  ( C.E.P.E. ,

D.E.S de Sciences Economiques , E.N.S.A.E. , I.S.U.P. ) .La majorité des effectifs restera néanmoins toujours constituée d’experts à formation principale économique universitaire ( Doctorat ou D.E.S. de Sciences Economiques , Sciences-Po , E.N.S.A.E. , Expertise comptable ) le plus souvent elle aussi doublée d’une formation complémentaire ( C.E.P.E. , I.C.G. , C.P.A. , M.I.T. , Informatique , Sociologie ) Les collaborateurs affectés aux études concernant le secteur financier et les comportements d’épargnants seront eux aussi recrutés avec une double formation ( H.E.C. , E.S.S.E.C. , Sciences-Po , D.E.S. de Gestion , I.S.U.P. , ) renforcée par une formation complémentaire ( C.E.P.E. , Analyse financière , Sociologie , Marketing ….)           Considérée à sa création et dans ses premières années d’existence comme la Société d’études économiques de la Caisse des Dépôts et venant  s’adjoindre , ce faisant, aux filiales techniques existantes qu’étaient la SCIC  et la SCET , la SEDES a rapidement passé des accords permanents de coopération technique avec plusieurs sociétés et organismes privés ou dépendant de la Caisse des Dépôts dont la compétence dans leurs domaines spécifiques d’intervention permettait de répondre aux exigences nées de la complexité et de la diversité des études qu’elle avait à réaliser . Ce seront pour elle des partenaires privilégiés .

Ce sera ainsi le cas avec le CERAU  ( Centre d’Etudes , de Réalisations et d’Aménagement Urbain ) qui vit le jour à l’ initiative de la Caisse des Dépôts par transfert des équipes de la SEDES , de la SCET et du CREDOC , en 1966 . Cette nouvelle filiale , présidée par Georges ROTTIER , Directeur du CREDOC , interviendra en France à partir de cette date sous l’autorité de Georges MERCADAL et d’Yves LE NIR  auprès des collectivités dans le domaine du développement régional et urbain et ce , jusqu’à sa dissolution au début des années 70 .

_____________________________________________________________________________________

(1)  Pour la petite histoire …. : Jean-Claude TRICHET , actuel gouverneur de la Banque Centrale Européenne , passa de 1965 à 1968 un peu plus de deux ans   dans ce département de la SEDES à sa sortie de l’Ecole des Mines de Nancy  et trouva là la voie qui le conduisit ensuite à Sciences-Po , puis à l’ENA …. 

 Ce sera également le cas  avec le CEREP ( Centre d’Etudes et de Réalisations pour l’Education Permanente ) , création conjointe de la Caisse des Dépôts et de la SEDES à la fin des années 60 , Présidé par Léon-Paul LEROY et dirigé par Marc DREVON , ex Directeur Général-adjoint de la SEDES , dont l’objet sera de promouvoir des actions en matière de formation ou d’éducation permanente en France et à l’étranger.

Au début des années 70 , la SEDES  sera à l’origine d’une prise de participation majoritaire de la Caisse des Dépôts dans  le capital de la SINORG . Elle s’y associera aux côtés  du CAM ( Centre d’Automatisation pour le Management de la Caisse des Dépôts ) . René MERCIER en deviendra le Président , André BOUZY  ( D.G. du CAM ) le Directeur Général  .  Société spécialisée dans les problèmes d’automatisation de la comptabilité publique , la SINORG  , intervenant dans les pays en développement , avait conçu des méthodes originales d’analyse et de programmation  et avait mis au point un système général et normalisé d’études dans le domaine de l’informatique de gestion . Ses activités couvraient les différents secteurs de l’informatique : la  consultation et l’expertise , la  livraison de systèmes de gestion « clés en mains » , la  formation etc… .     

  Le  BIPE , ( Bureau d’Informations et de Prévisions Economiques ) , Association de la loi 1901 ,  à l’époque présidée par Claude GRUSON ,  regroupant des entreprises privées et des représentants des administrations économiques , notamment de la Caisse des Dépôts , fut l’objet d’un soutien tout particulier de la SEDES  . Dans ce  Centre d’étude et d’amélioration des méthodes de prévision à court et long terme , la cinquantaine d’experts qui y travaillaient  analysaient les principaux facteurs qui conditionnaient la croissance , réalisaient des enquêtes et des études pour les propres membres de l’Association et pour des clients extérieurs , principalement  dans le domaine industriel . Outre le fait que la Caisse des Dépôts en  était l’un des membres fondateurs , l’objet social et les activités de cet organisme  étaient aussi très proches et complémentaires de celles de la SEDES en France . C’est pourquoi , lorsqu’il  connut quelques difficultés de management et de gestion  à la fin des années 60 , la SEDES vint lui fournir son assistance opérationnelle et  le concours permanent  de plusieurs de ses  hommes d’expérience dont un Directeur Général  ,  des directeurs de Département et des experts hautement qualifiés en matière de prévision économique .. Ces concours s’accompagneront en outre  d’un soutien   en matière d’organisation de son système de gestion . René MERCIER , s’impliquera personnellement dans la conduite des affaires de cette Association . Ces concours , ajoutés aux efforts financiers consentis par la Caisse des Dépôts , n’auront  à l’évidence  pas été étrangers au fait que cet organisme est encore en activité aujourd’hui .  

 Il faut ajouter à ces partenaires privilégiés , le nom d’ARTEMIS , Groupement d’Intérêt Economique créé par la SEDES et le GCAM ( ex CAM )  dans les années 70 à une époque où l’apparition des nouveaux moyens de traitement informatique nécessitait l’existence de centres capables de fournir des prestations de service dans ce domaine en offrant des locations d’heures d’ordinateur en télétraitement . Disposant d’un ordinateur IBM 370/145 , ce G.I.E   sera pendant un moment en mesure d’aborder tous les problèmes d’automatisation liés au management , aux études et actions économiques et financières dans les domaines d’aide à la décision , du choix des investissements , du contrôle de gestion …..Il serait injuste de ne pas mentionner la relation continue qui se noua avec la SCET-International dans ses interventions à l’étranger . Créée en 1959 par la Caisse des Dépôts pour participer à la politique de coopération consécutive à la décolonisation , cette société , intervenant en aval du champ des études économiques que réalisait la SEDES , se trouva naturellement impliquée à ses côtés – et vice-versa – dans de gros projets de développement ( Maroc , Tunisie , Algérie , Côte d’Ivoire , Indonésie , Arabie Saoudite , Libye …..) . Sa finalité la conduisant à des associations ou à des créations de Sociétés locales , elle put aussi lui fournir en maintes occasions une assistance utile et efficace dans la solution de ses problèmes administratifs et matériels liés à l’expatriation et au travail à l'étranger.

 Rappelons enfin , les liaisons préférentielles qui furent établies avec le CREDOC , l’Université de PARIS X , et le CREP ( Centre de Recherches Economiques sur l’Epargne ) dont il sera parlé plus tard ,  ainsi que la fonction de Conseiller économique du Directeur Général de la Caisse des Dépôts qui sera confiée à René MERCIER à la fin des années 1970 , sans oublier l’aide substantielle que la SEDES apportera à la Caisse des Dépôts en assurant la gestion de ses personnels sous contrat de droit privé auxquels elle dut avoir recours pour assurer ses nouvelles missions à partir des années 1975 . Elle assurera enfin  la Direction de la Société Forestière , et ce  depuis sa constitution , société chargée de la gestion du patrimoine de forêts détenu à la fois par la Caisse des Dépôts  et la Caisse Nationale de Prévoyance .  

 La place de la SEDES et le rôle qu’elle a tenu au cours de ses 33 années d’existence serait incomplet si on ne rappelait pas qu’en 1978 , lorsqu’il fut décidé par la Direction Générale de la Caisse des Dépôts de se recentrer sur ses activités traditionnelles et de confier à une Holding créée à cet effet  la gestion de toutes ses participations directes ou indirectes dans les bureaux d’études et d’ingéniérie  ainsi que dans les sociétés  d’études et de conseil de sa mouvance , la Présidence de cette holding, la SAPEG , ( Société Auxiliaire de Participation et de Gestion ) , fut assurée ,  après le départ de Léon-Paul LEROY , par René MERCIER , Président de la SEDES ,  la Direction Financière et la responsabilité  du secteur économique et de la prévision , par le  Directeur Général-adjoint de la SEDES . La nouvelle entité  , dirigée par un Conseil d’Administration comprenant les Présidents et Directeurs Généraux des Bureaux et Sociétés dépendant de la Holding  , assurera le management et le financement de la nouvelle organisation pendant plus de 4 ans , c’est-à-dire jusqu’à la création de C3D      ( Caisse des Dépôts Développement ) , Holding reprenant la totalité des participations détenues par la Caisse des Dépôts dans ses filiales techniques ( y compris , donc , SCIC et SCET )  , décision prise  par Robert Lion en 1983 , quelques mois après  son arrivée à la direction de cet Etablissement  en 1982 .                                                          

 A ce chapitre des partenaires privilégiés  , il serait injuste de ne pas mentionner les attentions  toutes  particulières que  la Caisse des Dépôts  a accordées à la SEDES lors de sa création et tout au cours  de son développement .

 Elle l’a d’abord installée dans des locaux lui appartenant , 67 rue de Lille , dans l’hôtel de Pomereu, également résidence de son Directeur Général ,  lui faisant payer un loyer échappant sans nul doute aux règles habituellement appliquées à ce genre de localisation.  La Direction Générale de la Société et une partie de ses effectifs y  resteront  près de 15 ans , jusqu’à ce que , sur proposition du Directeur administratif et financier , elle fasse l’acquisition de l’immeuble du 84 rue de Lille et l’y installe , laissant ainsi la place à la Caisse Nationale de Prévoyance .

 Elle  détachera à sa création  , moyennant évidemment  remboursement ,  un administrateur qui fera fonction   de Secrétaire Général pendant près de 5 ans , du personnel administratif qui prendra en charge la gestion du personnel , la comptabilité  et l’édition-tirage de rapports  , ainsi que du  personnel de secrétariat . Elle autorisera enfin l’accès des salariés de la SEDES à son restaurant d’entreprise et  aux œuvres sociales de son Comité d’entreprise ….Elle lui assurera surtout une ligne de crédit qui , tout en suivant le régime des avances d’actionnaires rémunérées , lui facilitera beaucoup , tout au long de son existence ,  la gestion d’une trésorerie particulièrement perturbée par les retards  de paiements de sa clientèle à dominante publique . (1)

 

Jean Boulard

                                     

 

 

 

 

 

 

 

 

Super User

Lauwereins

Connectez-vous pour commenter