Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail

le développement durable au quotidien

L’esprit du livre : «  le développement durable au quotidien » édité par la Cofhuat

 Pour soutenir l’aménagement du territoire, nous entendons rappeler que les services de l’Etat ne sont pas seuls à décider. Ils doivent prendre conscience de la qualité des multiples initiatives prises par les collectivités territoriales et les entreprises à travers la France, initiatives qui n’ont cessé de se développer au cours des dernières décennies. Il n’est qu’à se déplacer au salon des maires pour constater la diversité des savoir- faire de ces entreprises et l’intérêt que leur portent les élus présents. Ceux-ci cherchent des idées pour traiter de la vie quotidienne des populations. Les actions de développement durable sont désormais prioritaires. Leur contenu, proposé par les entreprises industrielles et de services, ne cesse de s’enrichir. Les élus sont à l’écoute de tout ce qui peut entraîner des changements positifs sans remettre en cause de façon frontale les habitudes de la population dont ils ont la charge.

Si l’Etat vise à l’efficacité en ces matières, il faut qu’il s’en tienne aux sujets qu’il est seul à pouvoir traiter et qu’il laisse la géographie dominer le débat. C’est un changement de culture pour les administrations centrales qui, souvent, connaissant mal le terrain, multiplient les interventions inadaptées. Il faut remettre à leur juste place les réflexions théoriques de ceux qui, traditionnellement, sont appelés à donner à l’Etat des conseils rémunérés. Il faut tenir compte de la grande variété de la France, concentrer l’effort de l’Etat sur son rôle régulateur et sur les compléments de mesures qu’il est seul à pouvoir apporter. La France n’est pas un désert. Partout, dans le plus petit village comme dans la grande ville, des hommes et des femmes s’efforcent d’apporter aux populations les services qui leur manquent ou qu’elles seront amenées à utiliser dans un avenir proche. Les élus régionaux, départementaux et locaux sont mobilisés à cet effet et le développement durable est une de leurs préoccupations premières. C’est d’abord d’eux qu’entend parler ce livre.

 L’Etat n’est pas absent du sujet, il doit apporter, aux initiatives locales, les moyens qui sont de sa compétence : le numérique n’est pas accessible partout, seule sa généralisation permettra aux élus de soutenir les innombrables applications que cela génère, notamment au niveau des départements et de leur politique sociale. Les moyens ferroviaires de transports de personnes et de marchandise exigent pour être mieux adaptés aux besoins, une présence forte des régions. Le logement est partout un souci pour les élus, soit qu’on se trouve en zone tendue où l’insuffisance de l’offre ne permet pas de lutter suffisamment contre la crise, soit qu’on vive dans d’autres parties du territoire où les constructions d’après-guerre ne correspondent plus aux normes de développement durable en vigueur aujourd’hui. Il importe pour cela que, dans le cadre de la politique du logement arrêtée par l’Etat, les maires aient désormais la maîtrise des dossiers. Enfin, nos concitoyens, pour se déplacer, ont, le plus souvent, besoin d’une voiture, c’est à l’Etat principalement d’en rendre le coût raisonnable.

Pour traiter du quotidien, l’essentiel du travail en matière de développement durable incombe aux collectivités territoriales, aidées par des entreprises imaginatives qui leur proposent des évolutions techniques dont elles auront la maîtrise. Chaque niveau d’administration intervient dans le cadre de ses compétences et entretient des relations avec de multiples entreprises performantes. Les modes de gouvernance des collectivités publiques évoluent aujourd’hui vers plus d’agilité, ce qui permet une complémentarité nouvelle entre les divers niveaux géographiques ainsi qu’avec leurs différents partenaires. La vie locale prend des formes qu’elle ne connaissait pas dans le passé et que le droit existant a de la peine à intégrer.

 La question des finances locales est à cet égard fondamentale, elle est de la compétence de l’Etat mais ce sont les élus qui en mesurent les effets sur place. Quand ils s’engagent dans des actions nouvelles, ils doivent pouvoir compter sur des moyens suffisants parce que les changements qu’ils envisagent ont souvent un coût avant d’être source d’économies.

Le livre, en décrivant des expériences et des réalisations de développement durable portées par le tissu local, souvent aujourd’hui mal connues, pourra, nous l’espérons, être utile à ceux qui prépareront et voteront au printemps prochain, la prochaine loi de décentralisation. L’objectif est de faire apparaître par quelques exemples concrets, le foisonnement d’initiatives sur l’ensemble du territoire, foisonnement qui n’est pas compatible avec une centralisation excessive de la décision publique et qui permet seul au développement durable de se diffuser suffisamment vite. Avec ce livre, la Cofhuat entend affirmer

Connectez-vous pour commenter