Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail

COFHUAT Rapport moral 2019

Rapport modal 2019 de la COFHUAT par son Président Monsieur François Leblond

Les actions conduites en 2019 expriment la volonté de la Cofhuat d’inscrire son action dans l’actualité en s’appuyant sur sa longue expérienceLorsque les générations qui nous ont précédés, ont créé la Cofhuat, ils voulaient que, désormais, les sujets relatifs à la construction, l’urbanisme et l’aménagement du territoire soient traités de façon plus coordonnée : tous ceux qui participent, directement ou indirectement, à l’acte de bâtir, devaient œuvrer ensemble. La création de la Cofhuat devait contribuer à abattre les cloisons. La reconnaissance d’utilité publique de notre institution a donné à cet objectif une large portée.

Depuis bientôt 20 ans que je préside l’institution, j’ai eu à cœur de proposer au Conseil d’Administration des actions nouvelles se situant dans l’esprit des fondateurs et d’aider nos membres à élargir le débat chaque fois que nécessaire. Les questions qui se posent en France aujourd’hui imposent d’élargir notre conseil à de nouveaux membres et de traiter des priorités nouvelles. L’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires qui vient d’être créée, regroupant ce qui était jusqu’à peu séparé : l’aménagement du territoire et la politique de la ville, correspond, dans son objet, à celui de la Cofhuat. Nous  avons en effet toujours voulu ne pas séparer ces deux domaines. Les relations que nous aurons avec les pouvoirs publics en seront simplifiées.

Les travaux réalisés au cours de l’année 2019 illustrent cette volonté

1/ l’année a débuté  avec la publication d’un livre « place aux initiatives » qui fait suite à celui publié l’année précédente qui avait retracé les grands moments de la politique du logement et de l’aménagement du territoire depuis la Libération et du rôle qui y avait joué des membres éminents de la politique et de l’administration.

 Le livre publié en 2019, traitant de l’actualité,  est divisé en 5 titres décrivant des exemples concrets d’actions qui ne peuvent être conduites sans concertation entre tous les intéressés.

         A/ les besoins en logement dans les zones tendues

         B/ l’influence du développement durable sur les règles et les pratiques de la construction

         C/ l’édification d’une ville où il fait bon vivre

         D/ la réparation des erreurs du passé dans les quartiers en politique de la ville

         E/ un aménagement du territoire qui réduit les fractures territoriales

Pour la réalisation de l’ouvrage, il a fallu faire appel à des institutions qui ne faisaient pas partie de la Cofhuat et que nous appelons  à devenir nos partenaires.

2/ il a été convenu que chacun de ces titres ferait l’objet d’un approfondissement dans les réunions de travail de 2019, toutes n’ont pu être abordées, cela sera l’objet des réunions de travail de 2020

 Le titre A, qui concerne les besoins en logement, a donné naissance à un groupe de travail qui s’est réuni à plusieurs reprises, composé des meilleurs spécialistes du sujet, le rapport a été diffusé en septembre, il a été envoyé aux autorités de l’Etat.  Monsieur le Premier Ministre s’est engagé, dans sa réponse, à le verser aux dossiers en cours d’étude en la matière.

Le groupe de travail traitant du titre C : « des quartiers où il fait bon vivre », poursuit aujourd’hui ses travaux, il a sélectionné des quartiers exemplaires en la matière et programme pour l’année prochaine des visites sur place, l’objectif étant l’écriture d’un rapport pouvant lui aussi être largement diffusé, notamment chez des étudiants des écoles d’architecture qui sont conviés aux réunions et qui manifestent un grand intérêt pour nos travaux.

Nous nous proposons de consacrer un numéro prochain du « courrier de la Cofhuat « à un rassemblement des titres A et C

Le titre B/ rassemblant des informations sur les changements de techniques de construction face au développement durable fera l’objet de réunions en 2020. Nous nous efforcerons de joindre à nos analyses les questions relatives au coût et aux moyens de financement.

Le titre D/ consacré à La réparation des erreurs du passé est un sujet qui a retenu notre attention depuis de longues années. Pour 2019, cela s’est traduit par un dialogue avec les élus de Clichy Montfermeil et une visite sur place du site d’action culturelle que conduisent ensemble les deux collectivités. Des contacts ont été repris avec des associations comme » sport dans la ville « et avec l’orchestre de Zahia Ziouani qui enseigne la musique classique aux enfants des banlieues

Le titre E/  Il n’a pas eu de réunions sur les propositions du livre en matière d’aménagement du territoire, ce sera au programme de 2020 ( voir ci-dessous, le prochain livre en préparation)

3/ Notre participation à l’opération : « rêves de scènes urbaines » démontre notre volonté de rejoindre une initiative qui s’inspire des mêmes principes que ceux de la Cofhuat : faire œuvrer ensemble des entreprises privées dans le dialogue qui doit s’instaurer avec la collectivité publique, en l’occurrence, d’abord, en la matière, la communauté d’agglomération de la plaine Saint Denis, pour proposer des innovations dans des ensembles à construire en un lieu où se trouvaient des usines sources de terrains pollués. Les engagements réciproques entre les élus et les entreprises, déjà intervenus dans le cadre de cette opération permettent de la transposer dans des villes de province et de faire connaître à l’étranger des savoir-faire de la France qui peuvent initier des opérations de grande ampleur. La Cofhuat a reçu la visite de Chinois qui construisent une ville nouvelle et pensent que le savoir- faire français peut leur être utile.

4/ Nous avons consacré la dernière partie de l’année à la préparation d’un nouveau livre : « le développement durable au quotidien » qui entend développer avec des partenaires nouveaux, les thèmes évoqués dans le livre précédent

L’élargissement du conseil est une question fondamentale. La Cofhuat avait dans son conseil d’administration et parmi ses interlocuteurs, essentiellement des professionnels de la construction et de l’urbanisme. Les difficultés, qui se sont produites en début d’année en France, nous ont conduits à considérer que nos investigations devaient s’étendre aux collectivités territoriales. Sans elles, aucune politique d’aménagement du territoire, aucune politique de la ville, ne peuvent prendre en compte tous les aspects des difficultés locales. Nous avons choisi un thème, celui du développement durable au quotidien. Celui-ci est traité aujourd’hui de façon prioritaire par les régions, les départements, par l’ensemble du tissu territorial de base. Il ne peut aussi être abordé sans donner la parole aux propositions des entreprises qui présentent aux élus de multiples actions innovantes et qui souhaitent mieux les faire connaître grâce au livre. Les acteurs de la politique du logement présents dans notre conseil d’administration, apporteront leur concours dans le cadre de leurs compétences s’étendant sur tout le territoire. L’attention portée au besoin de logements pour ceux dont les revenus sont les plus modestes, leur incombent en priorité. Nous voulons intéresser à ces différentes fins, les banques et autres acteurs financiers pour qu’ils introduisent  leur savoir dans les analyses des dossiers.

 

Pour la réalisation de ce programme ambitieux se poursuivant d’année en année, nous sommes tous bénévoles et consacrons beaucoup de notre temps à la Cofhuat. Cela conduit celle-ci à n’avoir pour frais annuels que la rémunération d’une assistante qui assure le suivi de toutes nos initiatives, les dépenses relatives à nos bureaux et les frais d’impression de nos prestations, le tout se montant approximativement à 80 000 euros. Nous n’avons jusqu’ici, pas demandé d’aide financière à l’Etat pour garantir notre indépendance, mais nous dérogerons, pour le financement du prochain livre, à cette ligne de conduite. Au-delà de cela, la reconnaissance d’utilité publique dont nous sommes bénéficiaires, permet à des entreprises, en apportant leur soutien financier, de bénéficier d’avantages fiscaux, nous en solliciterons certaines. Leur réponse positive nous permettrait de développer nos travaux et de prévoir des voyages à l’étranger pour faire connaissance d’opérations réussies qui pourraient être citées en exemple chez nous.

 Je proposerai au prochain conseil d’administration de donner à celles des entreprises qui interviennent financièrement au profit de la Cofhuat, un label qui pourra leur servir à montrer dans leurs relations extérieures, leur souci de soutenir, au-delà de leurs objectifs propres, cette oeuvre d’intérêt général.   

 

Connectez-vous pour commenter